Accueil

Qui sommes nous ?

Itineraire

Preparatifs

Le vehicule

Contacts-voyages

Pays visites

Les cargos

Keskiracontent ?

Ecrivez-nous !

 

 

 

Les Îles Féroé

 

1 - Récit du voyage (juillet 2011)

 

2 - Fiche technique

 

 


En noir, notre circuit

Présentation des îles Féroé :

                                                           
                                                                    Rayon de soleil sur les Féroé...

Situées au coeur du Gulf Stream dans l'Atlantique Nord, au nord de l'Écosse et à mi-chemin entre
l'Islande et la Norvège, elles regroupent 48 000 habitants. C'est un archipel composé de 18 îles
d'une superficie de  1400 km² sur 113km de long et 75 km de large. Elles culminent à 882 m avec
une moyenne à 300 m. Le climat est maritime, très instable, avec des températures moyennes de 3°C
l'hiver et de 11° C l'été. C'est une région autonome du Royaume du Danemark avec son propre
parlement, sa monnaie, et son drapeau (une croix rouge et bleue sur fond blanc). La religion est
majoritairement Evangéliste-Luthérienne. Les ressources proviennent de l'industrie de la pêche, du
tourisme et de la transformation de la laine. Les Féringiens ont leur propre langue nationale (le
féroïen) mais parlent anglais couramment.

 

 

1 - Récit du voyage (juillet 2011)

C'est grâce à notre voyage en ferry vers l'Islande que nous avons eu l'occasion de visiter les îles Féroé.
En effet, le bateau y fait escale et nous avons sauté sur l'occasion. Un vrai régal de nature sauvage et d'air pur.
A l'aller, nous avons bénéficié d'une halte de six heures du ferry Norona de la Smyril Line
à Torshavn,  la capitale de ce groupe îles rattachées au Danemark. Nous avons fait le tour de la
ville à pied. Au retour d'Islande, nous sommes sortis du bateau avec notre camping-car pour circuler
pendant trois jours en attendant le ferry suivant. Nous avons parcouru 400 km.
 

       
Le Norona                                        L'arrivée sur les îles Féroé

La première démarche que nous avons entreprise consistait à aller se renseigner sur la météo au centre des
visiteurs. Globalement c'était humide mais on a misé sur l'instabilité annoncée pour espérer profiter de rayons de
soleil de temps à autre, ce qui fut le cas. Les prospectus nous apprennent d'autre part que les Féroé ont été
classées la destination préférée du National Géographic parmi 111 autres îles dans le monde...C'était
encourageant.
 

Nous avons décidé de visiter le premier jour  l'île Stremoy, l'île Esturoy le deuxième, pour terminer par Vagar le
troisième jour. Les îles Bordoy, Kunoy ou Vidoy mériteraient bien aussi le détour, mais les tunnels non éclairés
à une seule voie qui les desservent, nous en ont dissuadé à cause de la largeur de notre véhicule. D'autres îles
sont joignables en ferry, mais là, nous manquions de temps. Cependant tous les choix sont possibles : les îles
sont toutes reliées soit par des ponts, soit par des tunnels soit par des lignes régulières de ferry.
 

Tout d'abord le port de Torshavn (19 000 ha), plus petite capitale du monde.. L'arrivée sous le soleil a mis en
valeur ses maisons colorées recouvertes de toits d'herbe. Elles ressemblent parfois à des maisons de poupée
par leur taille, installées dans les ruelles étroites du quartier historique. Le port a dû se défendre autrefois contre
les pirates et il reste encore des canons dans le fort. Modernité et histoire cohabitent harmonieusement.

 

       
L'arrivée à Torshavn , la capitale           Les maisons du centre ville  

 

       
Le phare de Torshavn,        les canons du fort            le port

Ensuite nous sommes partis vers le nord, par des routes toutes goudronnées, en parfait état, mais qui sont
souvent à une seule voie. Des endroits pour se croiser sont aménagés très fréquemment et cela ne pose aucun
souci d'autant que les automobilistes sont très habitués à ce système. C'est plus à nous de nous habituer.



Les routes sont bien goudronnées mais souvent à une voie
 

Ces belles îles sont toutes montagneuses (le sommet le plus haut est à 882m), très vertes, exemptes de toute
pollution (un rêve) des moutons partout (nous leur avons trouvé un look bizarre...) et des cascades tous les
cinquante mètres pour ainsi dire. Les plaines sont rares. Une chose est certaine :

 

       
Mouton local                                Nombreuses cascades                 la plus grande


les habitants ne sont pas près de souffrir de la sécheresse. A tel point que le foin a du mal à sécher sur le sol
et qu'il faut l'étendre sur des sortes de clôtures : les parcelles étant trop petites pour un tracteur classique,
l'herbe est tondue avec une mini faucheuse, transportée ensuite dans une brouette et installée sur les fils à la
main.

       
Le séchage du foin                    Kvivik, un village typique          Un autre

Nous avons visité l'île Stremoy sous une pluie intense. Nous avons quand même réussi à faire une jolie
randonnée à Saksun petit village à l'intérieur des terres, mais d'où l'on peut rejoindre à pied l'océan atlantique à
marée basse entre les falaises. A part les huîtriers (oiseau national) et un cheval, nous n'avons vu âme qui vive,
même pour la visite de l'ancienne ferme de Duvugardar transformée en musée national et restée fermée malgré
l'horaire.

           
La ferme- musée de Saksun                 Huîtriers                                    Cheval tolt

 

Nous sommes ensuite allés nous sécher et passer la nuit dans le petit port de Tjornuvik. Situé dans un superbe
cadre naturel de théâtre antique, nous avions une vue imprenable sur la mer entourée de falaises et de deux
rochers légendaires. Appelés Risin et Kellingin, ce sont les restes d'un géant et de sa femme troll qui voulaient
relier, dit la légende, les Féroé à l'Islande par une corde. S'étant querellés longuement sur la façon de nouer la
corde, le soleil levant les a surpris et transformés à jamais en pierre.

 

               
La plage de Tjornuvik                Les rochers Risin et Kellingin    La plus vieille église à Hvalvik

L'endroit était paradisiaque, mais la route d'accès en pente raide et à une seule voie. Une fois en bas il fallait
bien remonter en priant les trolls de ne pas nous jouer de mauvais tour. Nous avons été entendus car nous
avons bien croisé un car mais dans un endroit plus facile, bien que délicat (c'est lui qui a reculé !).

 

               
Il pleut, c'est raide et étroit...          Le fjord depuis Kvivik             Eglise et son cimetière          

Pour rejoindre l'île Eysturoy, nous sommes passés sur le seul pont au monde construit au dessus de
l'Atlantique. C'est ainsi qu'il est présenté dans les brochures touristiques, même si le pont en lui même est
ordinaire, et si l'Atlantique circule dans un étroit passage qui ressemble plus à un fjord qu'à un océan.
 

           
Le pont sur l'Atlantique            Famille d'eiders                        Oies                                             Sterne arctique

Dans ces îles, les petites églises se dressent dans les plus petits villages, en pierre, en bois, entourées de leur
petit cimetière, comme à Funnigur ou encore à Oyndarfjördur où nous attendait une surprise : deux musiciens
répétaient l'Ave Maria de Schubert pour un mariage célébré en début d'après midi. Après avoir profité de la
répétition, nous sommes revenus pour voir la mariée, amenée en voiture précédée d'une fillette à cheval. Bien
que les invités nous semblaient dans l'ensemble peu habillés, nous avons pu admirer une femme en costume
traditionnel. Dans ce village également, on peut voir deux rochers aux formes arrondies qui seraient deux navires
pirates transformés en pierre. C'est une manie !

 

               
Funigur et sa petite église         Eglise d'Oyndarfjördur      Costume traditionnel        Les bateaux pirates...
                                                                                                                                                        transformés en pierre

Ils ont gardé leur barques traditionnelles, sortes de drakkars miniatures, avec lesquelles ils s'adonnent à des
compétitions d'aviron à quatre, six, huit ou dix rameurs. Nous les avons vu au moment du départ et les curieux
étaient fort nombreux au bord de la route.


Compétition d'aviron à Strendur

L'île de Vagar est reliée à Stremoy par un tunnel de 5 km qui passe sous l'Atlantique. L'aéroport étant
implanté sur cette île, ceci explique cela. On y trouve cependant, comme partout ailleurs, des paysages tout à
fait préservés, sauvages, où la protection de l'environnement est essentiel. La principale ressource des Féroé est
la pêche ainsi que l'élevage de saumons dans presque tous les fjords.

 


Élevage du saumon dans le fjord

Le soleil nous a rejoint sur cette île pour nous offrir un spectacle exceptionnel de beauté avec de hautes falaises
plongeant dans la mer et des récifs déchiquetés.

 

            
La plus vieille maison             Eglise de Sandavagur             Vue sur le fjord depuis Sandavagur                          
des îles à Midvagur

           
Les récifs de Bour                     les falaises de Gasadalur        Arrivée sur Sandavagur

Nous avons compris pourquoi le National Geographic a classée ces îles comme étant les plus attirantes du
monde en prenant en compte la préservation de l'environnement et de l'architecture historique. Les habitants ont
été très surpris de ce classement car ils pensaient que les plages de sable blanc et les cocotiers seraient plus
attractifs que leur univers frisquet et pluvieux. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous laisser tenter.....

 

                                                   
                                                                        Fou de bassan
 

Haut de page

 

2 - Fiche technique

 

Rappelons pour mémoire que nous avons visité ce pays avec un camping car intégral
Le Voyageur sur base Mercedes de 1991.

 

Carte : Nous n'avons pas apporté de carte avec nous. Nous avons utilisée celle qui est
distribuée gratuitement sur le ferry Norona de la Smyril Line.(Voir photo ci dessus de notre circuit). Elle est très
précise (au 1:200 000) et largement suffisante bien que la distinction entre route à deux voies et à une voie ne
soit pas très nette. La sortie de Torshavn manque toutefois de panneaux directionnels.

Guide : Nous n'avons pas apporté de guide avec nous. La brochure distribuée sur le ferry en
anglais nous a suffit. Elle est complète et détaillée. Il existe un guide Petit Futé qui regroupe le Danemark et les
îles mais nous ne l'avons pas consulté.
 

Accès : Par le ferry de la Smyril Line en allant en Islande. Horaire sur www.smyril-line.fo ou pour les avions
sur www.atlantic.fo. Nous avons obtenus personnellement nos billets par www.voyages-gallia.fr. Il faut s'y
prendre six mois en avance car les places sont prises d'assaut. Le trajet dure en moyenne 24 heures dans le
sens de l'aller  et 18 heures dans le sens du retour.
 

Ferry : Une seule ligne de ferry dessert les Féroé et l'Islande. L'unique port de départ se situe au nord du
Danemark à Hirtshals et relie le port de Torshavn. C'est en tout cas ce qui se faisait en 2011, car dans ce
domaine, il y a des modifications d'une année sur l'autre (En 2010, le départ se faisait depuis Hanstholm,
toujours au Danemark). Les liaisons depuis la Norvège et l'Écosse ne sont plus d'actualité. Le Norona est de
construction récente, mesure 168 m de long et 33 m de large. Pour ceux qui voyagent avec leur véhicule, il faut
prendre impérativement une cabine (différentes options au choix), camping-car ou pas. Les cabines sont très
agréables (surtout lorsque l'on choisit avec hublot), confortables et fonctionnelles. Les prix varient en fonction de
la longueur du véhicule et du type de cabine choisi.
 

Routes excellentes. Le réseau routier compte 600 km de routes goudronnées. Les grands axes sont à deux
voies. Les autres routes sont à une seule voie avec de fréquents dégagements pour pouvoir se croiser. Les
tunnels sur les îles Kunoy et Bordoy sont très étroits et pas éclairés. Réservés à ceux qui aiment ! Vitesse limitée
à 50 km/h dans les agglomérations et 80 km/h ailleurs. Feux de croisement allumés en permanence. On roule à
droite.

Péages : Le tunnel entre Stremoy et Vagar est payant. On règle à la station service Effo sur l'île Streymoy
avant ou après avoir utilisé le tunnel.  130 Couronnes danoises pour un véhicule <6m, 350 si >6m. Autre péage
de Bordoy à Esturoy.

Assurance du véhicule. C' est notre assurance habituelle. Nous sommes en Europe, dans un pays rattaché
au Danemark.

Pas de visa nécessaire. Carte d'identité ou passeport en cours de validité. On ne nous l'a jamais demandé
ni à l'entrée, ni à la sortie. Nous avons seulement eu besoin de montrer notre billet d'embarquement pour le
ferry.

Décalage horaire : 1 h avec la France.

Monnaie : La monnaie danoise et l'euros sont acceptés. Ils ont leurs propres billets de banque mais utilisent
les pièces danoises. Nous avons réglé en couronnes danoises en faisant attention à ne pas récupérer des billets
féroïens inchangeables ailleurs.

Camping : Il existe des campings mais  nous ne les avons pas utilisés. Beaucoup sont
réservés aux tentes uniquement. Nous avons bivouaqué dans de petites agglomérations car
c'est difficile de trouver des endroits dans la nature.

Eaux grises, eaux noires, eau potable : Un seul endroit pour cela marqué sur la
carte à une quinzaine de kilomètres au nord de Torshavn dans une zone industrielle : fermé le
dimanche
. Nous avons dû aller en pleine nature...

Essence : Nombreuses stations service, la principale étant EFFO, bien réparties dans l'ensemble des îles.
Nous avons fait un seul plein de diesel au prix de 9,30 couronnes danoises le litre, soit 1,44 euros le litre.

Wifi : Les ordinateurs de la bibliothèque de Torshavn sont gratuits.

Climat : Climat maritime. Grâce au Gulf Stream, 3° C de moyenne en hiver, et 11° C l'été. Sur trois jours,
nous avons eu une moyenne de 14 °C, un jour de pluie continue, un jour couvert et un jour ensoleillé. Prévoir
un équipement efficace contre la pluie  ! Eux même conseillent un coupe-vent imperméable et plusieurs
épaisseurs de vêtements pour s'adapter au cours de la journée, bonnet, gants et chaussures imperméables. Mais
aussi, on vous rassure,  lunettes de soleil et crème solaire.
 

Haut de page